Recherche à l'USJ



Faculté des sciences infirmières

Les facteurs prédictifs de la résilience chez les étudiants de 1ère, 2ème et 3ème année de Licence en sciences infirmières à l’Université Saint – Joseph de Beyrouth.

Description:
Il est bien reconnu que la profession infirmière est une profession stressante (Bennett, 2002). Toutefois, le stress ne commence pas lorsque l’infirmière débute le travail mais plutôt lors de sa formation (Rhead, 1995). De nombreuses études menées dans les pays occidentaux ont montré qu’en cours de formation, les étudiants en sciences infirmières font face à un haut niveau de stress comparés aux étudiants des autres disciplines. Ceci est dû à la pression des études, aux stages effectués durant la formation et surtout à la confrontation des maladies et de la mort (Stephens, 2013). Il peut affecter la santé physique, mentale et psychologique des étudiants en sciences infirmières ainsi que leur performance et leurs résultats académiques (Reyes, 2015). Ainsi, les étudiants peuvent prendre du poids, se plaindre de céphalées, de vertiges, de nausées et de vomissements, de douleurs dorsales et de désordres gastro-intestinaux, manifester de l’anxiété et de la dépression, fumer ou abuser de drogue et d’alcool, se sous-estimer, ne plus pouvoir contrôler la situation et même quitter la formation. Cependant, certains étudiants réagissent positivement au stress et sont considérés comme des personnes résilientes* puisqu’ils ne font pas seulement face au stress mais rebondissent pour atteindre les défis qu’ils ont fixés. Ils ont la capacité de surmonter les situations, d’atteindre les buts et de maitriser d’autres situations. Les études (Thomas, Hunter Revell, 2016 ; Gibbons, Dempster, Moutray, 2010 ; Taylor, Reyes, 2012) ont identifié des facteurs en lien avec la résilience des étudiants en sciences infirmières tels des facteurs académiques comme les examens, la surcharge des études et la désorganisation des cours, des facteurs cliniques comme la peur de commettre des erreurs, la relation avec l’équipe, le manque de compétences et la confrontation de la maladie et de la mort, des facteurs personnels tel que les difficultés financières, le sentiment d’auto-efficacité, l’âge, le genre et des facteurs sociaux comme la relation avec la famille et les amis.

Titulaire:
NARCHI SEOUD Joelle

Contact USJ:
joelle.seoud@usj.edu.lb

Projet présenté au CR, le: 02/11/2017

Projet achevé auprès du CR: 31/12/2018